Accueil Santé Voici pourquoi il ne faut jamais forcer un enfant à finir son...

Voici pourquoi il ne faut jamais forcer un enfant à finir son assiette pour avoir du dessert

38 Shares

PARENT & ENFANT | Quand vous étiez enfant, vos parents vous ont sûrement déjà dit de finir votre assiette sans quoi vous seriez privé de dessert. Cette phrase, vous la répétez peut-être même à vos petits bouts de chou, croyant qu’il s’agit là de la seule et bonne façon d’éduquer vos enfants.

Or, ce n’est pas du tout le cas, et si vous insistez pour que votre enfant termine absolument son assiette pour avoir du dessert, vous pourriez nuire à la relation qu’il entretient avec la nourriture. Sachant que plusieurs adolescents développent des troubles alimentaires, cette façon de procéder est fortement déconseillée.

D’ailleurs, selon une psychoéducatrice et psychothérapeute, Marie-Michèle Ricard, qui a publié un livre, de petites remarques telles que celles nommées précédemment peuvent nuire à l’enfant et avoir un impact sur la façon dont il voit la nourriture. La punition par la privation de dessert n’est donc pas recommandée.

Si vous désirez en savoir plus à ce sujet, prenez quelques minutes pour lire le contenu de cet article.

1. Faisant référence au livre de la psychoéducatrice et physiothérapeute, le fait de manger ne doit pas être basé sur des punitions ou des récompenses.

Lire la suite (suivant)

2. D’ailleurs, le dessert constitue une partie du repas, et un enfant devrait pouvoir en avoir, qu’il ait ou non fini son repas. Lui seul sait s’il a encore faim.

Lire la suite (suivant)

3. En forçant un enfant à manger quand il n’a plus faim, cela peut se traduire par relation malsaine avec la nourriture. Plusieurs nutritionnistes sont d’ailleurs du même avis.

Lire la suite (suivant)

4. Marie-Michèle Ricard croit qu’il est préférable de discuter avec son enfant quant à la grosseur de le place qu’il a dans son ventre après le repas principal.

5. Ainsi, une petite place serait parfaite et suffisante pour le dessert, et la portion devrait être limitée à une seule. Plus tard, si l’enfant réclame de la nourriture, on peut lui en redonner.

6. Il faut aussi se rappeler que les enfants ne sont pas tous identiques. Certains ont des besoins alimentaires qui diffèrent des autres, et dont il faut prendre en considération.

7. Pour éviter que l’enfant ne développe un rapport malsain avec la nourriture, on suggère de poser de petits gestes. Il faut par exemple l’aider à ressentir les signes de satiété.

8. Les adultes n’ont pas toujours envie de manger des légumes ou de la viande, et préfèrent parfois se contenter d’un petit dessert. Chez l’enfant, cela ne diffère pas.

9. En terminant, rappelez-vous qu’un dessert ne prend pas forcément la forme d’un gâteau acheté au supermarché. Un yaourt, un fruit ou un biscuit peuvent tout aussi bien convenir.

source : radio-canada.ca

En complément :