Accueil Maison Uli Alto : ces villages qui vivent sans argent et en dehors...

Uli Alto : ces villages qui vivent sans argent et en dehors de la société de consommation

2 Shares

Des petites communautés des Pyrénées orientales, dont en font notamment partie Uli Alto, Lakabe et autres villages, ont décidé d’essayer de vivre sans argent, et en dehors de la société de consommation. Ce mode de vie ne se base pas strictement sur le plan économique, mais aussi sur le plan biologique.

Le tout a débuté par l’initiative de trois amis, Erwan, Valérie et Lucie, qui souhaitaient vivre loin des villes. Ils ont déniché un petit village isolé dans la vallée d’Arce, lequel était abandonné depuis 50 ans. Après avoir trouvé cet endroit, ils ont alors quitté le système.

Ce mode de vie a inspiré d’autres personnes qui se sont jointes au petit groupe. Certains y sont restés temporairement, tandis que d’autres s’y sont définitivement établis en faisant le choix de quitter la société de consommation. Pour cela, ils ont dû apprendre à devenir indépendants et autonomes.

À travers quelques mots et images, découvrez comment ces gens vivent sans argent ou presque. images : David Baché

1. Désormais, ceux qui vivent dans ce village ne doivent compter que sur des énergies renouvelables. Ils ont donc fabriqué des éoliennes avec des matériaux récupérés.

Lire la suite (suivant)

2. Des toilettes ont été construites dans la nature. Quant à l’eau potable et celle utilisée pour la douche, elle provient de la rivière et des cours d’eau.

Lire la suite (suivant)

3. Les habitants cultivent leurs fruits et légumes sans pesticides. Ils subviennent à leurs besoins grâce aux chèvres, aux brebis, aux poules et aux vaches.

Lire la suite (suivant)

4. Par contre, il n’est pas toujours facile de cultiver le sol, surtout lors de la saison hivernale. Pour cette raison, la nourriture n’est pas encore entièrement produite sur place.

5. Pour les enfants, une école est en train de se construire à Uli-Alto. Néanmoins, précisons que le village ne vit pas totalement sans argent, certains étant des travailleurs saisonniers.

source & images : David Baché – toitsalternatifs