Le tricot n’a rien perdu de sa popularité, bien au contraire. De nos jours, encore beaucoup de personnes s’adonnent à ce passe-temps favori. Toutefois, peu d’entre eux sont aussi passionnés que cette femme qui réside dans un village de Burra, situé en Écosse.

Anne Eunson, tel est le nom de cette dame, avait déjà eu entendu dire que dans le passé, des personnes avaient fabriqué une clôture en utilisant uniquement du fil et des aiguilles. Couturière de métier, cette idée a germé dans sa tête, jusqu’au jour où elle a décidé de se lancer à son tour dans un projet similaire.

Il lui a fallu trois semaines pour réaliser une clôture qui allait entourer le jardin de sa maison. Pour ce faire, elle a utilisé une répétition en 23 points d’un ancien motif de dentelle des îles Shetland. Ce qu’elle est parvenue à faire est digne de mention. Voilà pourquoi nous avons choisi de vous montrer son œuvre en photos.

01 of 4 Pour fabriquer une telle clôture, Anne Eunson n’a pas utilisé du matériel ordinaire. Elle s’est plutôt servie d’un long filet de pêche noir et de grosses aiguilles.

Pour fabriquer une telle clôture, Anne Eunson n’a pas utilisé du matériel ordinaire. Elle s’est plutôt servie d’un long filet de pêche noir et de grosses aiguilles.

Anne Eunson a mis ses talents de couturière professionnelle à l’œuvre, et sa clôture de dentelle est vraiment unique au monde.

images : odnaminyta

Lire la suite (suivant)

02 of 4 Sur cette photo, on voit la dame avec son filet de pêche et ses grosses aiguilles, ainsi que les dimensions de son jardin. Ce n’était pas une mince tâche.

Sur cette photo, on voit la dame avec son filet de pêche et ses grosses aiguilles, ainsi que les dimensions de son jardin. Ce n’était pas une mince tâche.

L’idée de concevoir une telle clôture lui vient de sa passion pour la dentelle tricotée des îles Shetland, qui est revenue à la mode depuis une dizaine d’années.

Lire la suite (suivant)

03 of 4 Trois semaines nous semblent peu suffisantes pour crocheter une telle clôture, d’autant plus qu’il faut travailler autant dans une position debout qu’à genoux.

Trois semaines nous semblent peu suffisantes pour crocheter une telle clôture, d’autant plus qu’il faut travailler autant dans une position debout qu’à genoux.

Il faut vraiment aimer le crochet pour se lancer dans un projet d’une aussi grande envergure, mais Anne était bien déterminée à le finaliser.

Lire la suite (suivant)

04 of 4 Grâce à cette photo, on peut admirer de plus près les motifs réalisés par Anne, qui se répètent d’un bout à l’autre de la clôture.

Grâce à cette photo, on peut admirer de plus près les motifs réalisés par Anne, qui se répètent d’un bout à l’autre de la clôture.

Voici le résultat final, et avouez que c’est vraiment magnifique. Êtes-vous à ce point passionné par le crochet pour en faire autant ?

source & images : odnaminytaknithacker