Si tous les propriétaires d’animaux veillent à ce que leur compagnon soit bien au chaud, rares sont ceux qui le font pour des poules. Ce n’est toutefois pas le cas de cette femme qui se soucie du bien-être de ses volailles.

Nicola Congdon, une jeune femme de 25 ans et habitant à Falmouth en Angleterre, a décidé de tricoter des petits pulls en laine pour garder ses poules au chaud durant l’hiver. Son idée est géniale.

01 of 2 Nicola possède une soixantaine de poules, dont 30 d’entre elles avaient été élevées en batterie, une technique d’élevage où les poules se retrouvent dans des cages dans un hangar. Ces poules ont moins de plumes que les autres, si bien qu’elles sont plus frileuses, et c’est ce qui a inspiré Nicola à leur tricoter de petits pulls en laine pour leur éviter d’avoir froid.

Nicola possède une soixantaine de poules, dont 30 d’entre elles avaient été élevées en batterie, une technique d’élevage où les poules se retrouvent dans des cages dans un hangar. Ces poules ont moins de plumes que les autres, si bien qu’elles sont plus frileuses, et c’est ce qui a inspiré Nicola à leur tricoter de petits pulls en laine pour leur éviter d’avoir froid.

Lire la suite (suivant)

02 of 2 Selon les dires de Nicola, les pulls en laine constituent une façon amusante de garder ses poules au chaud. En outre, comme chaque poule porte un pull différent, elle peut donc les identifier plus facilement. Nicola, avec sa mère Ann, reçoivent désormais des commandes de pulls par des gens qui élèvent des poules partout dans le monde. L’argent qu’elles récoltent est remis à un orphelinat en Afrique du Sud. Quel beau geste, n’est-ce pas ?

Selon les dires de Nicola, les pulls en laine constituent une façon amusante de garder ses poules au chaud. En outre, comme chaque poule porte un pull différent, elle peut donc les identifier plus facilement. Nicola, avec sa mère Ann, reçoivent désormais des commandes de pulls par des gens qui élèvent des poules partout dans le monde. L’argent qu’elles récoltent est remis à un orphelinat en Afrique du Sud. Quel beau geste, n’est-ce pas ?